Logo ISA

Partenaires

Logo CNRS
Logo Réseau des MSH





Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Actualités > Les modèles géographiques de simulation : vers une application archéologique

07-08 mars 2007

Atelier

Les modèles géographiques de simulation : vers une application archéologique

CEPAM - UMR 6130, Valbonne (06)

Cet atelier, organisé en partenariat par le réseau ISA, l’UMR 6130, la MSH de Nice, L’UMR 6565 et la MSH de Besançon, a pour objectif de diffuser la connaissance des modèles géographiques de simulation et de développer leur application en archéologie. Les outils de simulation sont depuis quelques années couramment utilisés en géographie pour modéliser les dynamiques spatiales. Peu connus dans la communauté archéologique française, ce sont des outils déjà bien expérimentés par plusieurs groupes de recherche aux Etats-Unis notamment en préhistoire (Kohler, Gumerman 2000 par exemple). Issus de la recherche en intelligence artificielle, les outils utilisés sont généralement de deux types : les Systèmes Multi-Agents (SMA) et les Automates cellulaires. Dans les deux cas, ils permettent de simuler la genèse d’une structure spatiale en se plaçant au niveau micro, c’est-à-dire au niveau des individus – ou agents –, dont les interactions provoquent des organisations spatiales. La structuration de l’espace n’est donc pas introduite a priori dans le modèle, mais ce sont au contraire les processus de son apparition qui sont ici étudiés. En archéologie, ces outils offrent un véritable potentiel pour les études sur la dynamique urbaine ou la dynamique du peuplement par exemple, non pas pour tenter de reconstituer l’évolution réelle d’un phénomène, mais pour explorer différentes hypothèses et avancer dans la compréhension des processus de transformation de ce dernier. En introduisant une réelle dynamique, ce type de modélisation apporte des éléments de réflexion sur les temporalités à l’œuvre dans la transformation d’un système. Il s’agit donc d’outils d’analyse exploratoire puissants, ne serait-ce que par la masse de données qu’ils sont capables de mobiliser de manière interactive, qu’il nous paraît important d’introduire au sein de la communauté du réseau ISA pour envisager de nouveaux modes de traitement et d’analyse de nos données archéologiques. L’utilisation de ces outils et les méthodes qu’ils impliquent, ainsi que les conditions de leur transfert de la géographie vers l’archéologie nécessitent une bonne compréhension de leur fonctionnement et des concepts préalables. Ainsi, l’objectif du groupe de travail proposé les 7-8 mars 2007 est de présenter les concepts de base et outils ; présenter de manière détaillée des exemples d’application géographique ; discuter des possibles transferts sur des problématiques archéologiques et des problèmes conceptuels que cela implique ; préparer un cadre pour l’expérimentation et la diffusion de ces outils au sein du réseau ISA. Afin de préparer cet atelier et de favoriser les débats, nous demandons aux participants de remplir une ou plusieurs fiches décrivant leur projet ou recherches en cours et les problématiques associées à la modélisation des interactions spatiales. Ces fiches seront distribuées une semaine avant le groupe de travail aux participants et aux intervenants. Nous invitons également les participants à préparer des exemples de dossier à discuter reposant sur des projets en cours ou des problématiques ciblées. Si cet atelier vous intéresse, merci de bien vouloir vous inscrire par mail (fberton@cepam.cnrs.fr) le plus rapidement possible et dans tous les cas avant le 28 février.